Les jeux du cirque

Les jeux du cirque et les gladiateurs

Notes

Colisée : Commencé en 70 ap JC, finit en 82. Il fait 50 m de haut, 524 m de périphérie. Il compte 80 rangées de gradins et pouvait accueillir 100.000 spectateurs.
Le Cirque Maxime pouvait comptenir 400.000 spectateurs
Le théatre de Pompée à Rome : 18.000 places
Le théatre de Balbus à Rome : 11.500 places
Le théatre Marcellus à Rome : 20.000 places

Récompenses

Le sportif qui a accumulé le plus de revenus au monde au cours de sa carrière professionnelle est un total inconnu et pour cause, il est décédé depuis environ mille huit cents ans.
Gaius appuleius Dioclès était Romain et conducteur de char. Mais pas n'importe quel conducteur de char, le plus fameux du Circus Maximus de Rome. Pauvre, illétré et esclave, il débute sa carrière à l'âge de 18 ans et gagne sa première course deux ans plus tard.
Au cours de sa fabuleuse carrière qui va durer un peu plus de 24 ans, il remporte 1462 courses sur 4257 et finit 861 fois à la seconde place. A cette époque, les courses de char sont un must en matière de jeux du cirque. Le Circus Maximus acceuille 250 000 spectateurs payant chaque semaine.
Les historiens estiment que Gaius Dioclès a engrangé 456,5 millions d'euros par an et qu'il aurait cumulé sur 24 années de courses environ 10,7 milliards d'euros de gains. Il était alors plus riche que l'Empereur.
Voilà un exemple à suivre pour tous les sportifs en herbe et en plus notre héros peut se targuer d'avoir roulé "propre" toute sa vie.

Récompenses à l'époque d'Enée selon l'Enéïde :
Course à pied :
Combat de boxe :

Articles


Courses Les compétitions hippiques chez les romains
Courses Les courses de chars à Rome et à Byzance (Tiré de Historama N°304, mars 1977)(04/08/2004)

Munus gladiatorium : les spectacles de gladiateurs (ajout 09/03/2011)

Spartacus (ajout 03/02/2009)

Rome, la Grèce, les sports et les jeux : (ajout 12/08/2011)
1 - L'héritage grec
2 - La pratique individuelle du sport
3 - Les Ludi
4 - L'amphithéâtre et le cirque
5 - Décadence et survivance des jeux


Le Colisée Le colisée de Rome

Voir aussi les autres sites et monuments, avec des photos d'arênes et de théâtres.


Les jeux du cirques

Article du journal de Mickey
Rome, Les jeux du cirque (Mickeyrama 1985) (1).jpg Rome, Les jeux du cirque (Mickeyrama 1985) (2).jpg

Des images

Cirque, la rentree des felins (source La Documentation par l'image 1952).jpg
Cirque, la rentree des felins
(source La Documentation par l'image 1952)
Course de chars dans le cirque (source La Documentation par l'image 1952).jpg
Course de chars dans le cirque
(source La Documentation par l'image 1952)
Course de quadriges dans le cirque (source La Documentation par l'image 1952).jpg
Course de quadriges dans le cirque
(source La Documentation par l'image 1952)

Rentrée des félins dans le cirque

(par Géronne, Tableau du Salon 1902)
La scène représente les arènes à la fin de la représentation. Cette représentation a consisté à montrer au public les supplicès infligés aux chrétiens.
Comme on peut en juger d'après la gravure, ces supplices sont aussi variés qu'horribles.
Les Chrétiens ont servi de proie aux fauves. Des corps à demi dévorés gisent sur le sol. D'autres brûlent, attachés aux poteaux bordant l'arène. Quelques spectateurs se sont attardés pour jouir plus longtemps du spectacle.
Quand on songe à ce que devait être ce spectacle où l'on voyait les malheureux se débattre sous les griffes des félins, ou se tordre dans les affres d'une atroce agonie, au milieu des hurlements de la foule, de l'odeur et des cris des fauves, on comprend tout ce qui restait de barbare et de primitif dans les civilisations antiques, si brillantes qu'elles puissent paraître.
Les premiers chrétiens firent preuve d'un héroïsme qui force l'admiration.
Aux injures de la foule, aux mauvais traitements, aux tortures, ils opposaient la ferveur de leur croyance : l'exemple de la jeune servante Blandine, dont l'Eglise fit une sainte, est resté célèbre.

UNE COURSE DE CHARS DANS LE CIRQUE

Les chars à deux roues, attelés de 4 chevaux - les quadriges - doivent parcourir 7 fois la piste ovale ou « spina » dont les extrémités sont marquées par des bornes dangereuses à contourner à grande vitesse. Sur la gravure, un char a heurté une des bornes et s'est renversé. Chaque attelage avait sa couleur: rouge, bleue, blanche, etc... et faisait l'objet de paris de la part des spectateurs. Les chars pouvaient être attelés de 4, 6 et même 10 chevaux. Sur la piste relativement étroite, les conducteurs - ou auriges - risquent leur vie et il y avait peu de courses sans victimes.
Les combats de gladiateurs passionnaient le public. La gravure montre deux gladiateurs, à gauche un rétiaire (casque à visière, épée, bouclier, bras droit et Iambe gauche cuirassés) à droite, un mirmillon (filet et trident). Les gladiateurs étaient soit des criminels, soit des prisonniers de guerre réduits en servitude, soit des engagés volontaires. Après la mort de Néron, il y en avait au moins deux mille.
« Le spectacle débutait par un défilé à travers l'arène. Les gladiateurs saluaient l'empereur par ces mots : « Adieu, César empereur, ceux qui vont mourir te saluent ». On commençait par un combat simulé. Puis le son lugubre des trompes annonçait le combat avec les armes tranchantes et une lutte sérieuse s'engageait au bruit des trompettes, des cors, des fifres et des flûtes. Les « rétiaires », très agiles, à demi-nus, munis seulement d'un filet, d'un trident et d'un poignard, s'avançaient isolément ou en groupe. Tantôt poursuivis par les « secutores » qui étaient armés d'un casque à visière, d'un bouclier et d'une épée, tantôt voltigeant eux- mêmes, comme un essaim, autour des «mirmillons» pesamment armés qui les attendaient accroupis et la visière baissée; ils cherchaient à les envelopper de leur filet pour les frapper ensuite...
L'un des deux champions était-il vaincu en combat singulier, le président des jeux laissait aux spectateurs le soin de décider s'il fallait le tuer. Le gladiateur blessé levait un doigt pour demander grâce. Si les spectateurs la lui accordaient ils agitaient leurs mouchoirs ; le pouce tourné en bas était, au contraire, un arrêt de mort. Les poltrons excitaient la colère de la multitude et pour eux on était sans pitié. On les poussait au combat avec des fouets et des fers rouges ; et des gradins partaient des insultes et des menaces, des cris de mort à leur adresse. Les cadavres étaient emportés par des hommes revêtus du costume de Mercure, dieu des enfers. D'autres vérifiaient avec des fers rouges si la mort n'était pas feinte. Dans la chambre mortuaire, on achevait ceux à qui il restait un souffle de vie. »
FRIEDLANDER. Les moeurs romaines d'Auguste aux Antonins. (Trad. Vogel; Paris, Reinwald, 1867).
Vase - Conducteur
Vase - Conducteur
Vase - Course de chars
Vase - Course de chars
Vase - Course de chars
Vase - Course de chars (2)


Retour